Les Millennials: Voyageurs 2.0, entre virtualité et authenticité

25 janvier 2019

Nés avec les nouvelles technologies les millennials sont souvent qualifiés de génération zapping, individualiste, égocentrique, voulant tout rapidement… Pourtant, ils voyagent, rencontrent, partagent et échangent autant, si ce n’est plus, que leurs aînés. Le désir de voyage est resté le même, mais c’est la manière de le réaliser qui a évolué. Les réseaux sociaux n’y étant pas pour rien…

Et oui, les millennials ont la bougeotte. Avec 4,3  voyages réalisés par an contre 3,7 pour leurs aînés, ils montrent un très fort intérêt pour le voyage. Celui-ci se traduit par différentes temporalités (long, court) et sous différentes formes (humanitaire, sportif, linguistique…). Parmi celles-ci le backpacking est un phénomène largement répandu et en vogue chez les jeunes depuis les années 2000. S’il n’est plus vraiment pratiqué de la même manière que leurs aînés il n’en est pas moins enrichissant. En effet selon Gwendal Simon, sociologue à l’Université Paris Est Marne-La-Vallée, le backpacking est né dans les  années
70    et    traduisait    un    vrai bouillonnement culturel. Les gens partaient avec un désir de vivre une aventure authentique. Aujourd’hui la différence n’est pas si grande puisque les millennials partent également avec une recherche d’authenticité,    de    découverte   de
l’autre, et d’un épanouissement personnel. Cependant le processus de voyage s’est vu bouleversé avec l’explosion des réseaux sociaux. Les récits de voyages des backpackeurs des années 60-70 sont remplacés par des plateformes virtuelles. Instagram, Facebook, ou les blogs sont largement exploités par les jeunes où l’on y trouve des milliers de photos de leurs voyages. Ces images représentent des paysages à couper le souffle, une flore et faune exotiques, qui peuvent faire germer l’idée de partir dans la tête des jeunes.

Une plateforme pour se rassurer

Facebook regorge de groupes dédiés au voyage, qui sont des communautés à part entière. We Are Backpackeuse (WAB) est une communauté qui compte plus de 116 000 abonnés avec un fort taux d’engagement et qui cible un public de jeunes femmes âgées de 18 à 30 ans. Pour Mathilde Rogez, créatrice du WAB, le groupe vise à donner des conseils, partager des idées de voyages, des coups de cœur, et surtout relier toutes ces femmes aux profils différents. On y retrouve des débutantes du voyage, paniquées à l’idée de partir seules à l’aventure et qui sont avides de conseils des plus expérimentées. On y retrouve aussi des questions farfelues sur le quotidien de la backpackeuse et son rapport au corps : comment faire pendant trois mois pour s’épiler ? Pourquoi est-ce que je perds mes cheveux ? Mathilde Rogez remarque aussi que les questions liées à la sécurité sont régulièrement posées : en tant que femme est-ce que je peux voyager dans tel ou tel pays sans craindre pour ma sécurité ? Une fois toutes les questions posées, c’est le moment de sauter le pas.

Et sur place ?

Sur place les jeunes se retrouvent entre internationaux grâce aux auberges de jeunesse où ils peuvent créer des affinités et pourquoi pas continuer un bout de voyage ensemble. Cette « génération erasmus déplacée en territoire lointain » selon les termes de Gwendal Simon peut être critiquée, mais les jeunes ne se dirigent pas que vers ce genre d’expériences. Ils aiment également aller au contact des locaux avec des sites tels que Wwoofing ou HelpX, qui proposent des échanges de bons procédés entre locaux et voyageurs. Ces deux plateformes sont très plébiscitées en Nouvelle-Zélande et en Australie qui permettent aux jeunes de retrouver un foyer pendant quelque temps avant de repartir sur les routes et aux locaux d’avoir une aide à la maison ou dans les champs.

La communauté virtuelle avant tout

Le succès des réseaux sociaux dans le domaine du voyage s’explique en grande partie par le sentiment d’appartenance, et donc de confiance qu’ils génèrent. Les réseaux sociaux permettent à leurs utilisateurs partis en voyage de retrouver des communautés (Les Français à Shanghai, WAB) et de s’y intégrer. Les outils de partage de photos, vidéos, et de chat mis à leur disposition, leur offrent la possibilité de partager leurs expériences de manière instantanée avec le reste du monde.
Grâce à ces plateformes, les jeunes, dont le cercle de partage était auparavant restreint à la famille et aux amis, ont pu élargir celui-ci à tous les individus ayant des goûts et des centres d’intérêts similaires. Les réseaux sociaux jouent donc un rôle primordial pour le jeune, que cela soit en amont ou au cours de son voyage, car il lui permet de se connecter aux autres, d’avoir accès à un grand nombre d’informations, et donc d’optimiser son voyage. Cependant les communautés virtuelles connaissent un tel succès qu’il est parfois difficile d’aborder certains sujets. C’est ce que souligne Mathilde Rogez qui remarque une évolution dans les questions posées sur le groupe WAB : “Plus le site grossit, moins les femmes osent poser des questions intimes. Aujourd’hui les questions sont plus ouvertes et moins spécifiques. »

Les millennials cible de l’industrie du tourisme

La génération des millennials est une part conséquente du marché du tourisme: ils représentent ¼ de la population européenne, et 40% des actifs en France. C’est pourquoi, il est intéressant pour les différents acteurs du tourisme de cibler cette catégorie en s’adaptant à leurs attentes. TripAdvisor a par exemple annoncé en début d’année le lancement d’une plateforme dont l’ambition est de devenir le premier réseau social du voyage. Un « mélange de Trip Advisor, Instagram, AirBnb et Facebook » selon le magazine la Travel Tech. Les utilisateurs de ce réseau pourraient bénéficier à la fois de photos inspirantes, d’informations pratiques et auraient la possibilité de faire une réservation en un clic. Un projet qui témoigne de la volonté des acteurs du tourisme d’aller à la rencontre des jeunes là où ils sont le plus présents : sur les réseaux sociaux. Selon un sondage de Expedia Media Solutions pour le salon du tourisme : 37% des jeunes se disent influencés par des blogs ou articles pour le choix de leur voyage, et 51% planifient leur voyage via des moteurs de recherche.

Du côté des Tours Opérateurs, les offres réservées aux jeunes se multiplient. Ils mettent en avant des caractéristiques alléchantes pouvant interpeller les 18-30 ans. G.Adventures propose par exemple un voyage : « 18-to-30 Something Tours », qui prône une vraie coupure dans le train-train quotidien, une expérience peu coûteuse qui promet l’authenticité et de nombreuses rencontres. Autant d’éléments qui constituent l’identité des jeunes backpackeurs.

À la recherche d’une communauté locale et moins virtuelle

Certains organismes demeurent cependant assez éloignés de ces logiques des réseaux sociaux, et plutôt que d’avoir recours à une communauté virtuelle, privilégient davantage une communauté réelle. C’est notamment le cas de Vacances Ouvertes, une des rares associations qui accompagne des jeunes dans la réalisation d’un projet de vacances, en mettant à contribution des institutions et organisations locales. Dans la création de son projet, le jeune peut bénéficier de l’aide de professionnels (éducateurs, assistant sociaux…).

 Vacances Ouvertes recrée ainsi une communauté de jeunes qui n’ont pas forcément les mêmes centres d’intérêts, mais qui viennent d’une même région et travaillent ensemble autour d’un projet. A la fin le jeune est capable de présenter et défendre son projet, puis se lance dans l’aventure. Cette expérience le valorise et lui prouve qu’il est capable de mener des projets à bien, comme un adulte.

Loin d’être individualistes, les jeunes sont au contraire tournés vers des communautés dont les membres sont disséminés aux quatres coins du monde. Avec les nouvelles technologies, le rapport des jeunes au monde a été bouleversé. Voyager est devenu plus facile, plus rapide, et plus intense. Cependant certaines valeurs associées au voyage restent immuables, comme l’authenticité et l’ouverture d’esprit.

Anna Geslin & Fabiola de La Villegeorges

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Fermer le menu
Besoin d'aide ?